Skip to content

Étude anthropologique d’un rituel profane chez les Dégéhems

septembre 16, 2007

La peuplade des Dégéhem d’Amérique du Nord est localisée au sommet d’un type d’habitation fait de d’argile, de sable et de bois nommé duplex.  Bien qu’elle ait une population particulièrement réduite, elle est dotée d’un système de fonctionnement complexe pourvue de divers rituels.  Entre ceux qui consistent à l’accumulation de biens divers métalliques dont trois servant à faire des calculs et ceux concernant l’aménagement du duplex, s’en trouve un particulier à ce peuple. 

 

En effet, les Dégéhems possèdent un petit animal poilu.  Cet animal se caractérise par un pelage brun foncé sur tout son corps à l’exception des pattes et de la tête qui elles, sont noires.  L’animal a aussi de grands yeux bleus particulièrement foncés, des moustaches et de petites dents pointues.  Il semble aussi être doté d’une grande souplesse.  Les Dégéhems semblent porter un culte étrange à cet animal qu’ils nomment Moka. Ce mot est le nom d’un breuvage généralement chaud supposé avoir des capacités stimulantes. Lorsqu’on leur demande pourquoi prénommé l’animal de cette façon, les Dégéhems répondent qu’ils n’ont pas choisi.  Moka a été acheté, une pratique qui consiste à échanger du papier coloré en échange de biens ou de services, Moka usagé d’une autre peuplade très lointaine.  Moka a beaucoup d’importance et est au cœur du rituel consistant à son entretien. 

 

Ainsi, une des sections de l’habitation sert à la détente des Dégéhems.  Elle est meublée par un énorme amas de tissus rembourrés longeant une des séparations de la section.  En face  de cet amas nommé divan, se trouve une plaque noire accrochée à l’autre séparation.  Ce divan possède une place privilégiée destinée à Moka qui est recouverte d’une couverture que les Dégéhems prennent soin de replacer parfaitement pour assurer le confort de l’animal.  Sur cette dernière ce trouve des jouets de couleurs et de formes variées dont certaines contiennent une plante occasionnant un comportement agité chez Moka. En plus de cette place réservée, Moka dont la principale activité consiste à dormir, possède le droit de s’étendre à l’endroit où les membres des Dégéhems ont placé, dans une autre section, un autre amas de tissus rembourrés, mais de forme différente.  Celui-ci sert au sommeil des Dégéhems.  De plus, l’animal possède une fontaine artificielle sensée lui assurer une eau fraîche et un bol spécialement pour lui où est servi à volonté une nourriture sèche croquante en forme de petites boules.  Tous ces items sont acquis de la même façon, soit par les papiers colorés. 

 

Les Dégéhems prennent de longs moments pour s’occuper de Moka.  Ils caressent avec attention le pelage de l’animal qui émet des bruits en retour et qui lèche les mains de celui qui le touche. Une fois par semaine, la peuplade accomplie le rituel de brossage qui consiste à passer un objets métallique dentelé dans le pelage de Moka afin d’en éliminer les nœuds.  Aussi, quotidiennement, une des personnes du groupe prend un morceau carré de tissu blanc très mince humecté d’une eau à base de petits fruits bleus comestibles et s’en servent pour nettoyer les yeux et le nez de l’animal.  Ils possèdent aussi une crème servant à nettoyer ses dents, mais ce rituel semble plus rare. Bien que Moka semble capable de gérer sa toilette, le peuple des Dégéhems l’emmène de temps à autre dans un bassin qui se trouve dans un des sections du duplex et où coule une eau chaude et le force à être laver dans ce bassin.  Tandis que l’animal émet des bruits de mécontentement et de peur, les Dégéhem lui versent dessus des produits crémeux aux propriétés particulières, dont un servant à rendre le pelage plus brillant. Toujours côté hygiène, Moka occupe une autre section du duplex où est disposé une boîte pleine de sable odorant qui set a recueillir ses besoins. Les Dégéhems  la nettoie régulièrement en enlevant les besoins.

 

Ce peuple centre énormément de leur attention sur Moka.  L’animal semble avoir une valeur particulière au point où les Dégéhems semblent le considérer comme leur bébé.  D’ailleurs, ils lui chantent des chansons en transformant les paroles originales afin de les faire correspondre à Moka.  Ce rituel de l’entretien d’un animal vivant dans l’habitation d’un groupe est observé chez d’autres peuplades même s’il comporte quelques différences selon le peuple et l’animal. 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :